AFFAIRE GREGORY VILLEMIN

                                              

Ecouter la voix du corbeau



Documents Télévisés de l'I.N.A. (1984)

18/10/1984

MIDI 2
A2 - 18/10/1984 - 00h01m29s
Meurtre de petit Grégory VILLEMIN, 4 ans, ligoté et jeté dans une rivière dans les Vosges, la Vologne. Un coup de fil anonyme a revendiqué l'assassinat. La famille était menacée depuis quelques temps par un "corbeau". L'enquête s'oriente vers un règlement de comptes familial : - Plan d'ensemble de la Vologne à Docelles où l'on retrouva le corps de l'enfant - camionnette de la gendarmerie sur route - Plan d'ensemble de la maison des parent à Lépanges devant laquelle l'enfant a été enlevé - interview Christine Jacquot (garde de Grégory) sur les menaces que recevait la mère de l'enfant - Zoom arrière sur la rivière - Différents plans de gendarmes (rediffusion 20H, K 7 2/3 ; K 7 1/3).

19/10/1984

MIDI 2
A2 - 19/10/1984 - 00h01m15s
Le point sur l'enquête dans le meurtre du petit Grégory VILLEMIN, 4 ans, qui a été retrouvé noyé dans la Vologne. Les enquêteurs cherchent dans la famille ceux qui auraient pu adresser des lettres anonymes aux parents de l'enfant : - Plan d'ensemble du village de Docelles traversé par la rivière Vologne où le corps de Grégory a été retrouvé / Zoom arrière sur l'endroit de la Vologne où le corps a été retrouvé - camionnette de police sur route / Zoom avant sur un gendarme interrogeant un homme devant chez lui - Zoom arrière sur la maison des parents de Grégory devant laquelle il a été enlevé - Gros plan de la Vologne (K7 1/3).

19/10/1984

JA2 20H
A2 - 19/10/1984 - 00h01m04s 
Enquête sur le meurtre du petit Grégory Villemin, à Lépanges sur Vologne, près d'Epinal. Pour tenter de retrouver le corbeau et l'assassin, la police doit faire faire des dictées à une soixantaine de personnes. On pense que l'enfant a été attiré, ligoté puis jeté à l'eau par des individus qu'il connaissait. Il semble que le meurtre ait été prémédité, l'après midi même un homme aurait longuement observé la maison des Villemin à la jumelle : - Lépanges sur Vologne : différents plans de la gendarmerie / badauds autour de la gendarmerie - Groupe de journalistes devant la porte de la gendarmerie / interview d'un gendarme : "compte tenu des éléments que nous avons actuellement, je ne pense pas que le dénouement sera très rapide. Nous avons énormément de difficultés à progresser dans un milieu qui est très secret". - Différents plans de la maison de la famille Villemin / véhicules de la gendarmerie autour.


20/10/1984

SOIR 3
FR3 - 20/10/1984 - 00h01m19s
Obsèques du petit Grégory Villemin, assassiné et retrouvé noyé dans la Vologne le 16 octobre dernier. Les enquêteurs étaient sur place, espérant faire progresser l'enquête. Lépanges sur Vologne : - foule entrant dans l'église en passant devant le cercueil du petit Grégory - hommes portant le cercueil et entrant dans l'église - Différents plans des gendarmes et des enquêteurs devant l'église - Enterrement au cimetière : arrivée du cortège funèbre avec des enfants de coeur - Vue générale et panoramique sur la foule dans le cimetière / prêtre devant le cercueil - Vue générale de la mise en terre du cercueil sous les cris déchirants de la mère de l'enfant, Christine VILLEMIN - Différents plans et vue générale des gendarmes et des habitants s'éloignant du cimetière.

20/10/1984

Obsèques Grégory

22/10/1984

SOIR 3
FR3 - 22/10/1984 - 00h01m29s 
Une piste dans l'enquête sur l'assassinat du petit Grégory Villemin, retrouvé noyé dans la Vologne le 16 octobre dernier : l'enquête a été semble-t-il relancée par le témoignage spontané d'une jeune femme proche de la famille. Deux couples ont été entendus par les gendarmes, l'un des hommes ressemblerait au portrait robot et serait le suspect numéro un. - Banc titre portrait robot de l'homme qui a été vu aux alentours de la maison des Villemin le soir du meurtre - rediffusion images de l'enterrement de Grégory, le 20 octobre 1984 : foule dans le cimetière, mise en terre du cercueil sous les cris de la mère de l'enfant - Banc titre photo noir et blanc du petit Grégory - rediffusion archives camionnette de la gendarmerie / village de Docelles, où le corps a été retraouvé / eaux de la Vologne à l'endroit où le corps a été retrouvé.

22/10/1984

SOIR 3
FR3 - 22/10/1984 - 00h01m23s
Une piste dans l'enquête sur l'assassinat du petit Grégory Villemin, retrouvé noyé dans la Vologne le 16 octobre dernier : le procureur de la République d'Epinal vient de faire une déclaration, indiquant qu'un des membres de la famille ressemblerait au portrait robot de l'homme qui a été vu aux alentours de la maison des Villemin le soir du meurtre. - Déclaration de Jean JACQUES LECONTE, Procureur de la République : "le portrait robot peut correspondre à l'une des 84 personnes de la famille..."

22/10/1984

MIDI 2
A2 - 22/10/1984 - 00h02m16s
Enterrement du petit Grégory Villemin, 4 ans, assassiné et retrouvé noyé dans la Vologne le 16 octobre dernier. Les enquêteurs sont sur la piste des rancoeurs familiales et pensent que l'assassin se trouvait aux funérailles : - entrée du cortège à l'église, Christine VILLEMIN, la mère de l'enfant, effondrée dans les bras de son époux, passe devant le cercueil de son fils - Cortège dans le cimetière, Marie-Ange Laroche, seule, sans Bernard - Mise en terre sous les cris déchirants de Christine VILLEMIN, crise de nerfs - rediffusion : fourgon de police patrouillant dans la campagne / panoramique sur le village de Docelles et sur la rivière Vologne où le corps de l'enfant a été retrouvé (commentaire "mort noyé comme un petit chat") / gendarme questionnant un fermier - Suite cérémonie cimetière - Panoramique sur les gerbes de fleurs sur la tombe (K7 1/3)

22/10/1984

JA2 20H
A2 - 22/10/1984 - 00h01m38s 
Une piste dans l'enquête sur l'assassinat du petit Grégory VILLEMIN, retrouvé noyé dans la Vologne le 16 octobre dernier : l'enquête a été semble-t-il relancée par le témoignage spontané d'une jeune femme proche de la famille. Quatre personnes sont en garde à vue - [Gros plan] plaque de marbre sur la tombe de Grégory - RD enterrement le 20 octobre 1984 : arrivée du cercueil dans le cimetière, suivi par les parents, Jean Marie et Christine VILLEMIN, et le reste de la famille / prêtre devant le cercueil, [zoom arrière] foule dans le cimetière - RD archives : camionnette de la gendarmerie / [zoom avant] gendarme parlant avec un fermier - Voiture de la gendarmerie / Gendarme entrant dans une maison.

23/10/1984


JA2 20H
A2 - 23/10/1984 - 00h01m16s
Suite de l'enquête sur l'assassinat du petit Grégory VILLEMIN, retrouvé noyé dans la Vologne le 16 octobre dernier. Les deux couples en garde à vue ont été relâchés. Il s'agissait de la famille HOLLARD, parents éloignés des Villemin. L'enquête doit repartir à zéro. - NUIT : différents plans du couple HOLLARD relâché après 6 heures de garde à vue - Deux gendarmes montant dans leur voiture : "on repart à zéro". - Banc titre : portrait robot de l'homme qui a été vu aux alentours de la maison des Villemin le jour du meurtre - interview Chantal HOLLARD : "je connais pas ce robot ." (sic) - différents plans de la gendarmerie / Travelling et différents plans de la maison de la famille Villemin.

Suite de l'enquête sur le meurtre du petit Grégory Villemin, retrouvé noyé dans la Vologne le 16 octobre dernier. Suite au témoignage d'une jeune femme de la famille qui veut garder l'anonymat, deux couples ont été entendus aujourd'hui. Il s'agit de membres de la famille HOLLARD, parents éloignés des Villemin : Gaston et Margueritte HOLLARD, de leur fils Daniel et de sa femme Chantal - Bruyères : voiture de police, façade de la gendarmerie - Photos noir et blanc de la femme qui a témoigné - archives plan large de Daniel et Chantal HOLLARD marchant dans la rue de dos, tenant leur enfant par la main - De nuit : interview Daniel (ou Gaston ?) HOLLARD qui raconte l'interrogatoire et explique qu'il travaillait le jour du crime - De nuit : interview Chantal HOLLARD parlant du portrait robot : "je connais pas, moi, ce robot..." - De nuit : sortie des HOLLARD de la gendarmerie, entourés par des journalistes et photographes - De nuit : gendarme montant dans une voiture de gendarmerie (JET UNIL) (K7 1/2)

25/10/1984

MIDI 2
A2 - 25/10/1984 - 00h01m38s
Suite de l'enquête sur le meurtre du petit Grégory VILLEMIN, retrouvé noyé dans la Vologne le 16 octobre dernier. Les parents de la victime, Christine et Jean Marie VILLEMIN, semblent mener leur propre enquête, parallèlement à celle des gendarmes. - Différents plans de Christine VILLEMIN dans une voiture, cherchant a éviter les journalistes - Différents plans de la façade de la maison des VILLEMIN à Lépanges sur Vologne, devant laquelle l'enfant a été enlevé - Christine VILLEMIN montant dans sa voiture / départ de la voiture des Villemin - Christine et Jean Marie VILLEMIN discutant avec des voisins (ils sont accompagnés par un des frères de Jean Marie) - Façade de l'atelier de couture où travaille Christine VILLEMIN - Différents plans d'ouvrières au travail devant leurs machines à coudre - interview d'une des collègues de Christine Villemin, Michèle HATON sur son interrogatoire par les policiers - Brève interview d'un officier de gendarmerie - Façade des établissements "autocoussin" où travaille Jean Marie Villemin / plan large de deux gendarmes sur place - Patron de l'entreprise chassant les journalistes venus l'interviewer (UNIL)(K7 NON VERSEE)

26/10/1984

MIDI 2
A2 - 26/10/1984 - 00h02m56s 
Suite de l'enquête policière sur le meurtre du petit Grégory Villemin, retrouvé noyé dans une rivière, la Vologne, le 16 octobre dernier. L'incertitude plane sur le lieu où le corps de l'enfant aurait été jeté dans le cours d'eau. Selon les pêcheurs, la première hypothèse (près d'une voie ferrée) n'était pas plausible. D'après leurs dernières conclusions, les gendarmes affirment que l'enfant a dû être jeté à l'eau en plein coeur du village de Docelles, à quelques mètres de l'endroit où il a été retrouvé. Les essais de reconstitution effectués hier avec un mannequin le confirment. Par ailleurs, un cafetier (M. Cornillie) qui aurait vu le meurtrier présumé, apporte un nouveau témoignage - Différents plans d'une voie ferrée et du cours de la Vologne au loin (endroit où le corps de l'enfant aurait été jeté selon la première hypothèse) - Interview Michel PIERRE pêcheur qui explique qu'il n'est pas possible que l'enfant ait été jeté à cet endroit à cause du courant et du manque d'eau - Différents plans de la Vologne - Différents plans d'un groupe de gendarmes à Docelles là où le corps aurait été mis à l'eau / Différents plans de la Vologne / Zoom avant sur l'endroit de la Vologne où le corps a été retrouvé - Suite interview Michel PIERRE, qui ne comprend pas que personne n'ai rien vu : "même quand on ne voit personne, il y a toujours du monde derrière les rideaux... pour moi les gens ne veulent rien dire, ils ont peur". - Vue générale du village de Docelles / Gendarmes discutant avec des habitants - Déclaration du brigadier Etienne SESMAT sur l'état de l'enquête : il évoque la possibilité de l'existence plusieurs complices - Différents plans de gendarmes dans la rue, rentrant dans une maison - interview du patron de l'hôtel de La Poste, Monsieur CORNILLIE à propos d'un client suspect - Autres images des gendarmes dans la rue avec un témoin (enquête de voisinage) (UNIL)(K7 1/3)

27/10/1984

JA2 20H
A2 - 27/10/1984 - 00h01m17s
L'enquête sur le meurtre de petit Grégory VILLEMIN, 4 ans, ligoté et jeté dans une rivière dans les Vosges, la Vologne continue. Malgré la diffusion d'un nouveau portrait robot, l'enquête piétine. Les parents de l'enfant, Jean Marie et Christine VILLEMIN se sont portés partie civile. Ils ont pris pour avocat Maître Henri René GARAUD, qui est aussi l'avocat de l'association "Légitime défense". - De nuit : enseigne lumineuse de la gendarmerie de Bruyères - Zoom avant sur une affiche sur la porte de la gendarmerie qui explique qu'en raison de l'absence d'élément nouveau, aucun communiqué ne sera fait - Contre-plongée sur la façade du palais de justice d'Epinal - interview Maître Henri René GARAUD marchant dans la rue : "celui qui plaide pour Patrick Henri, il est comparable à Patrick Henri ? Qu'est-ce que c'est que cette plaisanterie ?"... "il ne s'agit pas d'un sentiment de vengeance, il s'agit d'un sentiment de justice. Trouver l'assassin, ça me parait la justice normale, naturelle. Je pense qu'il n'y a pas un honnête homme qui ne veuille pas qu'on découvre celui qui a tué cet enfant." - Brefs plans : Christine VILLEMIN derrière la vitre d'une voiture, Jean Marie VILLEMIN montant en voiture, main bandée.

29/10/1984

MIDI 2
A2 - 29/10/1984 - 00h01m56s
Le point sur l'enquête sur l'assassinat du petit Grégory Villemin, retrouvé noyé dans une rivière, la Vologne, le 16 octobre dernier et interview de l'avocat des parents de Grégory, Christine et Jean Marie VILLEMIN : - Banc titre : photo noir & blanc de Grégory VILLEMIN - Différents plans de la Vologne - Différents plans de gendarmes enquêtant (enquête de voisinage) / différents plans de la Vologne dans le village de Docelles - interview Maître Henri René GARAUD : "Il n'est pas impossible que l'assassin ou les assassins s'ils sont plusieurs, soient animés par la haine. Mais on peut être haï sans savoir par qui... S'ils ont connu une réussite sociale, ils ont connu une réussite due au travail. La mère travaille comme ouvrière dans une filature. Le père travaille aussi ... comme contremaître. Ce ne sont absolument pas des gens riches, ce sont des travailleurs. Il faut trouver, parce que si on ne trouve pas cet assassin, il va se créer une psychose de peur terrible". - De nuit : gendarmes emmenant un témoin qui se cache dans un bâtiment - Portrait robot de l'assassin - Groupe de gendarmes (1/3)+VI

30/10/1984

MIDI 2
A2 - 30/10/1984 - 00h01m34s 

Meurtre de petit Grégory VILLEMIN, 4 ans, ligoté et jeté dans une rivière des Vosges, la Vologne. Un cousin germain du père de l'enfant, Bernard LAROCHE, vient d'être placé en garde à vue par les gendarmes. Il aurait été confondu par les analyses graphologiques qui lui attribuent les lettres qu'un corbeau avait envoyé à la famille de l'enfant pour revendiquer le meurtre. Les gendarmes ont procédé parallèlement à une nouvelle reconstitution de la noyade de l'enfant. - Gros plan d'une main tenant une photo d'identité n&b de Bernard LAROCHE jeune - Aumontzey, de nuit : façade de la maison de Laroche / gros plan d'une boite à lettre avec le nom de Bernard LAROCHE - Différents plans de lettres du corbeau parues dans la presse - Interview une voisine : "Qu'est ce qui lui a pris ? Ils ne s'entendaient pas en famille, mais pas à ce point là, quand même... ils ne pouvaient pas se bagarrer, entre hommes ?... quelle honte..." - Reconstitution : gendarmes jetant à l'eau dans la Vologne un mannequin recouvert d'un sac plastique bleu.


01/11/1984

JA2 20H
A2 - 01/11/1984 - 00h01m12s
Nouveau revirement dans l'enquête sur le meurtre de petit Grégory VILLEMIN, 4 ans, ligoté et jeté dans une rivière dans les Vosges, la Vologne. Un cousin germain du père de l'enfant, Bernard LAROCHE, avait été placé en garde à vue par les gendarmes. Il vient d'être libéré. - Nuit : IN Isabelle BAECHLER - RD lettres anonymes du corbeau publiées dans la presse.

02/11/1984

JA2 20H
A2 - 02/11/1984 - 00h02m05s
Nouveau revirement dans l'enquête sur le meurtre de petit Grégory VILLEMIN, 4 ans, ligoté et jeté dans une rivière dans les Vosges, la Vologne. Un cousin germain du père de l'enfant, Bernard LAROCHE, et sa femme Marie Ange LAROCHE, avaient été placés en garde à vue par les gendarmes car les experts graphologues attribuaient à Bernard LAROCHE la rédaction de la lettre de revendication du crime rédigée par le corbeau. Ils viennent d'être libéré. - Nuit IN Isabelle BAECHLER - Nuit interview Bernard LAROCHE aux cotés de sa femme, Marie Ange LAROCHE : "Les gendarmes m'ont soupçonné parce que j'avais une écriture qui ressemblait à celle du corbeau. De toute façon, j'ai maintenu que c'était pas moi, j'ai la conscience tranquille et ils n'ont pas pu prouver que c'était moi"... "je sais que les gendarmes sont toujours persuadés que c'est moi, mais qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? Moi, je sais que ce n'est pas moi..." / Marie Ange LAROCHE : "on est innocents, on n'a rien à voir là dedans, rien du tout" / Bernard LAROCHE : "Soit disant qu'il y a des spécialistes, des graphologues qui connaissent leur boulot, qui ont trouvé que c'était moi. J'espère qu'ils arriveront à trouver qu'ils se trompent."... / suite interview Bernard LAROCHE sur son alibi : "j'ai ma belle soeur qui m'a vu quand elle est rentrée de l'école. J'ai guère que ça comme alibi... de toute façon on a la conscience tranquille, je crois que c'est ça qui nous a sauvés..."

05/11/1984

SOIR 3
FR3 - 05/11/1984 - 00h02m51s
Nouveau rebondissement dans l'enquête sur le meurtre de petit Grégory VILLEMIN, 4 ans, ligoté et jeté dans une rivière dans les Vosges, la Vologne, le 16 octobre dernier. Bernard LAROCHE, le cousin germain du père de l'enfant, qui avait été arrêté la semaine dernière puis relâché, a été inculpé aujourd'hui de l'assassinat de l'enfant. Le juge d'instruction s'est fondé sur les analyses graphologiques des lettres de revendication du meurtre du corbeau (que les experts attribuent à Bernard LAROCHE) et sur le témoignage de Muriel BOLLE, la belle soeur de l'inculpé. Celle-ci, âgée de 15 ans, lui avait d'abord fourni un alibi mais elle est revenue sur ses premières déclarations. - Rediffusion : images arrêtée lors de l'enterrement du petit Grégory : famille entrant dans l'église en passant devant le cercueil, visage de Bernard LAROCHE entouré - Rediffusion lors de la première garde à vue, il y a une semaine : au loin, deux personnes cachées pénètrent dans un bâtiment entre deux gendarmes - Rediffusion interview Bernard LAROCHE après sa sortie de garde à vue (JA2 20H 02/11/1994, CAB90016711) - Rediffusion : véhicules de la gendarmerie devant la maison des Villemin à Lépanges sur Vologne - Différents plans de la façade gendarmerie de Bruyères / groupe de journalistes devant la gendarmerie - Caméra embarquée dans une voiture suivant la voiture de la gendarmerie - Arrestation de Bernard LAROCHE devant la caméra : Bernard LAROCHE, en bleu de travail et menottes au poignets, sortant de son usine entre deux gendarmes puis montant dans la voiture de la gendarmerie - Gendarmerie d'Epinal : Bernard LAROCHE encadré par un groupe de gendarmes traversant la cour - Arrivée de Bernard LAROCHE devant le bureau du juge, encadré par deux gendarmes et entouré de très nombreux journalistes - Interview du juge d'instruction, Jean Michel LAMBERT sur ce qui lui a permis d'inculper Bernard LAROCHE : "un témoignage capital et en partie un rapport d'expertise". A la question : "ce témoignage, c'est celui de Muriel ?", il répond "exact" mais il ne veut pas révéler ce qu'elle a dit : "ça, je n'ai pas le droit de vous le dire, c'est le secret de l'instruction".

05/11/1984

JA2 20H
A2 - 05/11/1984 - 00h02m57s
Nouveau rebondissement dans l'enquête sur le meurtre de petit Grégory VILLEMIN, 4 ans, ligoté et jeté dans une rivière dans les Vosges, la Vologne, le 16 octobre dernier. Bernard LAROCHE, le cousin germain du père de l'enfant, qui avait été arrêté la semaine dernière puis relâché, a été inculpé aujourd'hui de l'assassinat de l'enfant. Le juge d'instruction s'est fondé sur les analyses graphologiques des lettres de revendication du meurtre du corbeau (que les experts attribuent à Bernard LAROCHE) et sur le témoignage de Muriel BOLLE, la belle soeur de l'inculpé. Celle-ci, âgée de 15 ans, lui avait d'abord fourni un alibi mais elle est revenue sur ses premières déclarations. Elle a déclaré avoir été chercher Grégory en voiture avec Bernard LAROCHE qui serait parti avec l'enfant et serait revenu seul. - Rediffusion archives : fourgonnette de gendarmerie dans la campagne / Zoom arrière et différents plans de la maison des Villemin à Lépanges sur Vologne où l'enfant a été enlevé / façade de l'hôtel de La Poste / Différents plans de la rivière Vologne - Façade de la gendarmerie de Bruyères, groupe de journalistes devant la gendarmerie - Caméra embarquée dans une voiture suivant la voiture de la gendarmerie - Granges sur Vologne, arrestation de Bernard LAROCHE devant la caméra : Bernard LAROCHE, en bleu de travail et menottes au poignet, sortant de son usine entre deux gendarmes puis montant dans la voiture de la gendarmerie - Gendarmerie d'Epinal : Bernard LAROCHE encadré par un groupe de gendarmes traversant la cour - Arrivée de Bernard LAROCHE devant le bureau du juge, encadré par deux gendarmes et entouré de très nombreux journalistes - interview du juge d'instruction, Jean Michel LAMBERT sur ce qui lui a permis d'inculper Bernard LAROCHE : "un témoignage capital et en partie un rapport d'expertise" à la question : ce témoignage, c'est celui de Muriel ? il répond "exact" mais il ne veut pas révéler ce qu'elle a dit "ça n'ai pas le droit de vous le dire, c'est le secret de l'instruction". Il admet que Muriel était dans la voiture ainsi que Sébastien, le fils de Bernard LAROCHE - Journalistes assiégeant la voiture de gendarmerie dans laquelle se trouve Bernard LAROCHE.

06/11/1984

MIDI 2 A2 - 06/11/1984 - 00h03m22s 
Premier dénouement dans l'enquête sur le meurtre de petit Grégory VILLEMIN, 4 ans, ligoté et jeté dans une rivière des Vosges, la Vologne, le 16 octobre dernier. Bernard LAROCHE, le cousin germain du père de l'enfant, qui avait été arrêté la semaine dernière puis relâché, a été inculpé hier de l'assassinat de l'enfant. Le juge d'instruction s'est fondé sur les analyses graphologiques des lettres de revendication du meurtre du corbeau (que les experts attribuent à Bernard LAROCHE) et sur le témoignage de Muriel BOLLE, la belle soeur de l'inculpé. Celle-ci, âgée de 15 ans, lui avait d'abord fourni un alibi mais elle est revenue sur ses premières déclarations. Elle a déclaré être allée chercher Grégory en voiture avec Bernard LAROCHE qui serait parti avec l'enfant et serait revenu seul. - Rediffusion d'archives : interview de Bernard LAROCHE en compagnie de sa femme après sa première garde à vue (JA2 20H du 02/11/1984) - Hier, à Granges sur Vologne, arrestation de Bernard LAROCHE devant la caméra : Bernard LAROCHE, en bleu de travail et menottes au poignet, sortant de son usine entre deux gendarmes puis montant dans la voiture de la gendarmerie - Caméra embarquée dans une voiture suivant la voiture de la gendarmerie jusqu'à la gendarmerie d'Epinal - Différents plans des badauds devant Le Palais de Justice d'Epinal / Gros plan sur l'inscription "Palais de Justice" - Plan large du juge d'instruction, Jean Michel LAMBERT, discutant avec des avocats - Arrivée de Bernard LAROCHE dans le couloir devant le bureau du juge, encadré par deux gendarmes et entouré de très nombreux journalistes - Interview Jean Michel LAMBERT sur Muriel Bolle : Il admet que Muriel était dans la voiture ainsi que Sébastien, le fils de Bernard LAROCHE. Autres inculpations ? "Dans l'état actuel du dossier, je l'ignore totalement". Il n'a pas l'intention d'inculper Muriel "c'est totalement exclu". Marie Ange Laroche est totalement hors de cause - Voiture de gendarmerie dans laquelle se trouve Bernard LAROCHE démarrant sous les cris de haine des badauds - Interview Jacky VILLEMIN, l'oncle de Grégory, ami de Bernard LAROCHE, sa femme Liliane à ses côtés : "Pour l'instant on ne peut toujours pas l'expliquer... Si c'est vraiment lui qui a fait le coup, c'est docteur Jeckyll et Mister Hyde. C'est à dire que, de façade il est bien, mais de l'intérieur, il est complètement pourri..." (K7 1/3). 

06/11/1984

JA2 20H A2 - 06/11/1984 - 00h02m25s 
Nouveau rebondissement dans l'enquête sur le meurtre de petit Grégory VILLEMIN, 4 ans, ligoté et jeté dans une rivière des Vosges, la Vologne, le 16 octobre dernier. Bernard LAROCHE, le cousin germain du père de l'enfant, qui avait été arrêté la semaine dernière puis relâché, a été inculpé hier de l'assassinat de Grégory. Le juge d'instruction s'est fondé sur les analyses graphologiques des lettres de revendication du meurtre du corbeau (que les experts attribuent à Bernard LAROCHE) et sur le témoignage de Muriel BOLLE, la belle soeur de l'inculpé. Celle-ci, âgée de 15 ans, lui avait d'abord fourni un alibi mais elle est revenue sur ses premières déclarations. Elle a déclaré avoir été chercher Grégory en voiture avec Bernard LAROCHE qui serait parti avec lui et serait revenu seul. - Arrestation de Bernard LAROCHE devant la caméra : Bernard LAROCHE, en bleu de travail et menottes au poignet, sortant de son usine entre deux gendarmes puis montant dans la voiture de la gendarmerie - Façade du Palais de Justice d'Epinal / Zoom arrière sur le juge d'instruction, Jean Michel LAMBERT, discutant avec des avocats - Voiture de gendarmerie où se trouve Bernard LAROCHE démarrant sous les cris de haine des badauds - Interview Marie Ange LAROCHE, la femme de Bernard LAROCHE : "On a un fils du même âge, quand je vois comme il est avec mon fils, il l'aime, il le chérit, non, non, c'est pas vrai...je vous dis, il n'est même pas capable de tuer un lapin alors je ne crois pas qu'il soit capable de faire du mal comme ça"... à propos du témoignage de Muriel : "je ne sais pas... j'attends la suite de l'enquête..." elle pleure "c'est des choses qui sont dites mais qui est absolument faux."... "Non, il n'a pas deux visages, ce n'est pas vrai". - Dans les couloirs du Palais de Justice, bousculade autour de Bernard LAROCHE - Interview Jacky VILLEMIN, sa femme Liliane à ses cotés : "Si c'est vraiment lui qui a fait le coup c'est docteur Jeckyll et Mister Hide. C'est à dire que de façade il est bien mais de l'intérieur, il est complètement pourri... " - Caméra embarquée dans une voiture suivant la voiture de la gendarmerie.

07/11/1984
 
MIDI 2 A2 - 07/11/1984 - 00h03m42s 
Encore un rebondissement dans l'enquête sur le meurtre de petit Grégory VILLEMIN, 4 ans, ligoté et jeté dans une rivière des Vosges, la Vologne, le 16 octobre dernier. La jeune Muriel BOLLE est revenue ce matin, devant des journalistes, sur ses déclarations qui accusaient son beau-frère, Bernard LAROCHE, du meurtre de Grégory. Bernard LAROCHE, le cousin du père de l'enfant, Jean Marie VILLEMIN, avait été arrêté et inculpé il y a deux jours suite au témoignage de Muriel. - Rediffusion des images de l'arrestation de Bernard LAROCHE devant la caméra : Bernard LAROCHE, en bleu de travail et menottes au poignet, sortant de son usine entre deux gendarmes puis montant dans la voiture de la gendarmerie - Interview Muriel BOLLE : "les gendarmes m'ont dit que Bernard LAROCHE avait dit pareil. J'avais confiance aux gendarmes. (...) y'a un gendarme qui a élevé la voix et puis j'ai eu peur. Et puis ils m'ont dit que Bernard LAROCHE avait fait ça et j'ai montré pareil. (...) Ils ont dit (...) que si je ne disais pas ça au juge, ils me placeraient dans une maison de correction. J'étais pas dans la voiture de Bernard. J'ai jamais été sur Lépanges tout ça, où le gosse a été noyé, j'ai jamais été là. Je ne connais pas Lépanges ni Docelles. (...) Bernard est innocent, mon beau frère, il est innocent. J'ai jamais été avec mon beau frère".xxx

07/11/1984

JA2 20H
A2 - 07/11/1984 - 00h01m18s
Encore un rebondissement dans l'enquête sur le meurtre de petit Grégory VILLEMIN, 4 ans, ligoté et jeté dans une rivière des Vosges, la Vologne, le 16 octobre dernier. La jeune Muriel BOLLE est revenue ce matin, devant des journalistes, sur ses déclarations qui accusaient son beau-frère, Bernard LAROCHE, du meurtre de Grégory. Bernard LAROCHE, le cousin du père de l'enfant, Jean Marie VILLEMIN, avait été arrêté et inculpé il y a deux jours suite au témoignage de Muriel. - Rediffusion des images de l'arrestation de Bernard LAROCHE devant la caméra : Bernard LAROCHE, en bleu de travail et menottes au poignet, sortant de son usine entre deux gendarmes puis montant dans la voiture de la gendarmerie - Interview de Muriel BOLLE : "J'étais pas dans la voiture de Bernard. J'ai jamais été sur Lépanges tout ça, où le gosse a été noyé, j'ai jamais été là. Je ne connais pas Lépanges ni Docelles. (...) Bernard est innocent, mon beau frère, il est innocent. J'ai jamais été avec mon beau frère". (elle a les larmes aux yeux) - Interview du juge d'instruction, Jean Michel LAMBERT : "Personnellement, j'attendais ces rétractations. Elles ne me surprennent donc pas du tout et elles ne m'émeuvent pas d'avantage." La journaliste lui demande si cela ne fragilise pas le dossier : "Non, parce qu'il y a d'autres éléments à coté qui permettent de tenir peu de cas de ces rétractations". - Rediffusion : bousculade autour de Bernard LAROCHE dans les couloirs du Palais de Justice le jour de son inculpation.

09/11/1984

SOIR 3
FR3 - 09/11/1984 - 00h00m57sxxx
Suite de l'affaire de l'assassinat de petit Grégory VILLEMIN, 4 ans, ligoté et jeté dans une rivière des Vosges, la Vologne, le 16 octobre dernier. Aujourd'hui avait lieu une confrontation décisive entre Muriel BOLLE et son beau frère, Bernard LAROCHE. La jeune Muriel BOLLE avait accusé ce dernier du meurtre de Grégory avant de se rétracter. Bernard LAROCHE, le cousin du père de l'enfant, avait été arrêté et inculpé suite à ce témoignage. - Différents plans de l'arrivée de Muriel BOLLE dans la rue devant le tribunal, accompagnée de sa mère, Jeanine BOLLE et de sa tante Louisette JACOB et suivie par les photographes - Muriel BOLLE injuriant les journalistes qui veulent la photographier - Arrivée de Bernard LAROCHE au Palais de Justice d'Epinal : encadré par des gendarmes il sort de son fourgon et rentre dans le bâtiment (très bref) - Arrivée du juge d'instruction Jean Michel LAMBERT marchant dans la rue - Zoom avant sur la fenètre du bureau du juge.

10/11/1984
 

MIDI 2 A2 - 10/11/1984 - 00h02m54s
L'enquête sur le meurtre de petit Grégory VILLEMIN, 4 ans, ligoté et jeté dans une rivière des Vosges, la Vologne, le 16 octobre dernier continue. Hier a eu lieu la confrontation entre la jeune Muriel BOLLE et son beau frère, Bernard LAROCHE. La jeune fille avait accusé ce dernier de l'enlèvement de Grégory avant de se rétracter. Suite à son témoignage, Bernard LAROCHE avait été inculpé du meurtre de l'enfant. Réaction d'un des avocats de Bernard LAROCHE. Ses avocats ont annoncé que plusieurs pièces manquaient au dossier, notamment l'expertise graphologique mettant en cause Bernard LAROCHE : - Arrivée de Bernard LAROCHE pour la confrontation : il sort d'un fourgon cellulaire accompagné d'un gendarme (bref) - Rediffusion de l'interview de Muriel BOLLE du 07/11/1984 (muet) - Plan moyen de Marie Ange LAROCHE, épouse de Bernard en compagnie de la tante de Bernard LAROCHE, Louisette JACOB et la fille de cette dernière, Chantal - Nuit : fenêtre du Palais de Justice voilée de rideaux blancs, on aperçoit les silhouettes des avocats - Nuit : avocats sortant du Palais de Justice - Déclaration de Maître Gérard WELZER, avocat de Bernard LAROCHE (avec, à ses coté, Maître Paul PROMPT) : "aucun rapport d'autopsie ne figure dans le dossier d'instruction et les documents graphologiques n'y figurent pas. Contrairement aux informations diffusées, il n'existe, à ce jour, dans le dossier, qu'une seule expertise graphologique. Cette expertise (...) conclut à la présomption de culpabilité à l'égard d'un tiers dont, semble-t-il, l'alibi n'a même pas été vérifié. Ce tiers n'est pas Bernard LAROCHE. Nous sollicitons la mise en liberté de Bernard LAROCHE". - Nuit : départ de Bernard LAROCHE du Palais de Justice sous les cris ("assassin") : il sort du Palais entre deux gendarmes et se couche à l'arrière d'une voiture de la gendarmerie. 

 
23/11/1984

MIDI 2 A2 - 23/11/1984 - 00h01m09s 
Suite de l'enquête policière sur le meurtre du petit Grégory VILLEMIN, retrouvé mort dans la Vologne le 16 octobre dernier. A Epinal, hier, le juge Jean Michel LAMBERT a entendu plusieurs témoins : les parents de l'enfant, Christine et Jean Marie Villemin, puis Michel Villemin, un frère de Jean Marie. Quatre collègues de la mère de l'enfant ont également été entendues. Elle disent avoir vu Christine devant La Poste de Lépanges sur Vologne le jour du crime, à l'heure où la lettre de revendication du meurtre écrite par le corbeau a été postée. Christine Villemin affirme que c'était la vieille. - Jean Marie et Christine VILLEMIN, les parents de l'enfant, sortant du Palais de Justice d'Epinal - Michel VILLEMIN dans le couloir du Palais de Justice, à sa sortie du bureau du juge - Rediffusion archives : Docelles : zoom avant sur l'endroit de la Vologne où le corps de l'enfant a été retrouvé / Différents plans et vue générale de la Vologne à Docelles / Différents plans des gendarmes enquêtant - Différents plans des quatre collègues de Christine Villemin sortant du bureau du juge (Maria LEITE, Sandrine LOUPS, Anne Marie TEXEIRA et Marylise BLONDEL) - Christine Villemin, de dos, dans le couloir conduisant au bureau du juge. 

24/11/1984 

JA2 20H A2 - 24/11/1984 - 00h01m22s 
Interview de Christine VILLEMIN, mère du petit Grégory Villemin assassiné en octobre dernier, qui avait été retrouvé dans la Vologne. Elle dénonce les soupçons dont elle est l'objet. En effet, quatre de ses collègues disent l'avoir vue devant La Poste de Lépanges sur Vologne à l'heure où la lettre de revendication du crime, écrite par le corbeau, a été postée. - Interview de Christine VILLEMIN : "par rapport à la confrontation qui a eu lieu jeudi, on dirait que tout ce que j'ai raconté au début, il (le juge), prend ça à la rigolade. Il dit que c'est pas vrai. Par rapport aux quatre témoignages qu'il y a eu, il dit que je mens. Ce que j'ai dit avant, c'est la vérité : je ne suis pas allée à La Poste le mardi, j'y suis allée le lundi". - A propos du témoignage de ses collègues : "je ne veux pas dire qu'elles mentent mais je pense qu'elles se trompent..." - Comment réagit-elle au fait qu'on puisse la soupçonner : "pas trop bien, c'est quand même mon petit qu'on m'a enlevé... le petit n'est plus là, j'ai plus rien. Je ne sais pas ce que ça m'aurait rapporté d'avoir fait ça."

14/12/1984

JA2 20H
A2 - 14/12/1984 - 00h01m30s
Le seul inculpé dans l'assassinat du petit Grégory Villemin [retrouvé noyé dans la Vologne le 16 octobre dernier], Bernard LAROCHE, restera en prison. Ses avocats, dénonçant la maigreur du dossier, avaient demandé sa remise en liberté. Les magistrats de la chambre d'accusation de Nancy ont refusé. Bernard LAROCHE avait été inculpé suite aux témoignage de sa belle soeur, âgée de 15 ans, qui avait affirmé l'avoir accompagné sur les lieux du crime avec Grégory. Elle s'était rétractée quelques jours après ce témoignage. - Bousculade des journalistes autour de Maître Gérard WELZER, avocat de Bernard LAROCHE - Gros plan de Marie Ange LAROCHE, épouse de Bernard LAROCHE, pleurant puis différents plans d'elle quittant Le Palais de Justice - Façade d'une prison - Maître Gérard WELZER marchant dans la rue, un dossier sous le bras - interview Maître Gérard WELZER : "Avec l'autorisation du bâtonnier de l'ordre des avocats d'Epinal, je peux vous dire qu'un rejet de demande de mise en liberté ne signifie pas qu'une culpabilité est démontrée. Et d'ailleurs, la chambre d'accusation, dans son arrêt, a bien précisé qu'à ce stade de la procédure, la culpabilité de Laroche n'était pas démontrée". - Panoramique sur le mur de la prison.

16/12/1984

MIDI 2
A2 - 16/12/1984 - 00h02m58s 
Quelques mois après le meurtre du petit Grégory Villemin [retrouvé noyé dans la Vologne le 16 octobre] et alors que l'enquête policière suit son cours, interview des parents meurtris, Jean Marie et Christine VILLEMIN sur l'inculpation du cousin de Jean Marie, Bernard LAROCHE. - (K7 1/3). - Interview de Jean Marie VILLEMIN, très ému : "inculper Laroche, ça nous suffit pas, nous on veut savoir pourquoi ou pour qui il a fait ça ? (...) c'était fait pour quelqu'un. Je ne veux pas dire de nom, mais... On verra... De toute façon, il y a une complice ou il ya une femme qui sait qui c'est (...)" - A la question "et si ce n'était pas Bernard LAROCHE ?", Jean Marie VILLEMIN : "C'est lui..." - A propos des revirements de Muriel Bolle (belle-soeur de Bernard LAROCHE qui l'avait accusé avant de se rétracter) : "Muriel, elle ne pourra pas vivre éternellement comme ça en gardant un secret si monstrueux. C'est pas normal déjà, de la part d'une fille de 15 ans (...) Elle l'a quand même répété 3 fois de suite. Elle n'a rien inventé, les gendarmes ne lui ont rien soufflé..." - Très émue, Christine VILLEMIN évoque l'avenir : "on se dit bien qu'on est jeunes, qu'il faut repartir à zéro..." - Jean Marie VILLEMIN : "c'est difficile. On essayera de toute façon. En attendant, faut voir comment ça se déroule".

20/12/1984

MIDI 2
A2 - 20/12/1984 - 00h02m45s
Affaire Grégory Villemin, retrouvé mort dans les eaux de la Vologne le 16 octobre dernier : la cour d'appel de Nancy vient d'annuler quatorze pièces du dossier, jugées non conformes à la procédure. Ainsi, les premières analyses graphologiques désignant Bernard LAROCHE comme le corbeau ne sont plus valables. Brève rétrospective: - Plan moyen des toits et du clocher d'un village / vieilles dames derrière leur fenêtre - Banc titre photo n&b de Grégory - Rediffusion d'archives : reconstitution du meurtre avec un mannequin / obsèques de l'enfant / différents plans de gendarmes enquêtant / interview Bernard Laroche après sa 1ère garde à vue / Banc titre lettre anonyme du corbeau / Muriel BOLLE / Arrestation de Bernard LAROCHE / Muriel Bolle se rétractant - Façade et différents plans de la prison où est incarcéré Bernard LAROCHE - Rediffusion d'archives : interview Maître Gérard WELZER, avocat de Bernard LAROCHE, après un refus de mise en liberté de son client - Façade greffe - Lépanges sur Vologne Jean Marie VILLEMIN et Christine VILLEMIN, les parents de Grégory, devant leur maison fermée, mise en vente (K7 1/3). +VI.

22/12/1984

JA2 20H
A2 - 22/12/1984 - 00h01m59s
A propos de l'annulation de certaines pièces du dossier de l'affaire VILLEMIN, images d'archives de l'affaire. En médaillon : arrestation de LAROCHE, couloirs palais de justice, LAROCHE en voiture, [différents plans] greffé, cour d'appel, gendarmes, BT. Lettres anonymes, enquête, avocat LAROCHE, prison ou est détenu LAROCHE.(K7 6/7).

- Haut de page -

 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement