Chargement... Merci de patienter quelques secondes...

 

LA MAISON DE SAINT QUENTIN

Un cas étonnant...!!

Cette histoire s’est déroulée à Saint-Quentin, ville située dans l’Aisne. Une maison sise dans le quartier de Rémicourt, rue des canonniers fut la source de nombreux problèmes pour ses habitants, Jean-Marc et Lucie Belmer, jeune couple qui vient de se marier. Nous sommes en septembre 1986.

Lucie Belmer, habitante des lieux.

Un mois après leur emménagement, Lucie vit des taches de sang sur la table de sa cuisine. Se sachant très consciencieuse, elle savait très bien qu'elle avait tout néttoyé la veille au soir. Elle se dit que c'est très certainement son mari qui a malencontreusement renversé quelque chose. Puis, allant se préparer, elle monta dans sa chambre, et elle trouva des traces de sang sur des vêtements rangés dans le tiroir de sa commode. Il y en avait également sur les draps de son lit. Celui même dans lequel, elle et son mari, passent leurs nuits. Son mari était parti au travail. Il part tous les jours à 5 heures.  

Elle alerta son mari, qui lui ne s'inquiéta pas et répondit : "ça doit être un effet de peinture qui ressort " . En effet en arrivant dans la maison, la peinture avait été mise sur les murs et il pouvait sembler que celle-ci commençait à transparaître. Plus les jours passaient et plus les évènements étaient importants : bruits de casseroles, d’autres comme une craie qui grince sur un tableau, gémissements semblables aux cris d'hommes agonisants. Evidemment, au début, ils ne s'inquiétèrent pas trop, pensant qu'il s'agissait des voisins… mais plus maintenant...!!
La porte de la cave, un jour, était ouverte. Cette porte ne l'était jamais. Revenant de ses courses, Lucie alla voir s'il n'y avait pas un éventuel cambrioleur. Cachant sa peur, elle descendit les escaliers et trouva le sol maculé de sang. La porte se referma derrière elle violemment...!

 

Guy Piette et Pierre Cepparo les deux gendarmes témoins des évènements.

Au fur et à mesure, des taches apparaissant un peu partout dans la maison, la femme n'osant plus dormir, le couple se décida d'appeler la gendarmerie afin de lever le doute sur une possible mauvaise plaisanterie.  Deux gendarmes arrivèrent une demie heure après. Ils furent reçut par la famille, Lucie ayant invité sa mère et sa soeur pour avoir "moins peur". Les gendarmes au vue du sang sur les murs se demandèrent si ce n'était pas le chien qui, étant blessé, aurait taché le mur avec sa queue. Ce qui n'était pas le cas...Et tout d'un coup, des coups violents se firent entendre à l'étage du dessus. Comme si l'on déplacait des meubles. Après vérification la pièce était vide de tout être humain. Un des gendarmes alla chez le voisin et lui demanda s'il n'avait pas déplacé des meubles chez lui en faisant du vacarme. Bien sur que non...lui répondit le voisin en question...! Et lui, n'avait rien entendu...Un matin, Jean-marc parit au travail, comme tous les jours, à 5 heures du matin. Mais maintenant, Lucie avait peur. Afin d'être tranquille et, surtout, pouvoir se rendormir après avoir dit au-revoir à son mari, elle barricada la porte de sa chambre avec un divan. Elle se recoucha et se rendormit tant bien que mal. Quand elle se réveilla, derrière le divan sur la porte de la chambre se trouvait des trainées de sang...!


 

Jacques Changé, médecin et biologiste. Il a effectué les analyses de sang revélant que c'était bien du sang humain.

Très vite, toute la ville fut au courant. Des dizaines de badaux s'entassaient devant la maison en espérant trouver quelques "fantômes. Bientôt, FR3 Picardie s'intêressa à la maison. Lucie craignait les journalistes, croyant qu'elle ne fut prise pour une folle. Un an plus tard, cette maison passa sur la première chaîne française dans l'émission "Mystères" et les Pironet décidèrent alors de révéler la vérité sur ce qui s'était passé. En fait, il se produisait les mêmes choses et comme ils voulaient vendre la maison, ils décidèrent alors de tout repeindre et…. réussirent à la vendre au couple Belmer… et ne dirent rien sur le phénomène.



Les Belmer commencèrent à penser que quelqu'un leur en voulait. Avaient-ils un ennemi qu'ils se connaissaient pas..? Ne trouvant aucune explication rationnelle, les gendarmes un jour, pour éclaircir ce mystère, mirent de la farine sur le sol de la maison et mirent sous scellés la maison pendant une nuit afin que personne ne puisse rentrer. Si quelqu'un rentre il y aura obligatoirement des traces lors de son passage...La police et les Belmer se donnèrent rendez-vous le lendemain matin...

Le lendemain, ils enlevèrent les scellés et rentrèrent dans la maison. Rien n'avait bougé mais… les murs étaient pleins de sang. Il y en avait partout : sur le sol, sur la table de la cuisine. Les gendarmes prirent un échantillon du liquide, et il s'est avéra qu'il s’agissait de sang humain, comme le déclara le docteur Jacques Changé. C'était du sang et comme le dit le docteur Changé : "Ce n'est certainement pas du sang animal. C'est bien du sang humain...Et le rapport n'exclut pas une origine surnaturelle". 

La famille habitant avant le couple victime fut interrogé (cette famille avait fait construire la maison). Cette famille, les Pironet, affirma que jamais rien de tel ne s’était produit dans le passé. Dès lors le couple loua un appartement fit venir un médium. Le médium inspecta toutes les pièces, une à une. Il se demandait si le phénomène prenait sa source dans les murs. Peut-être...? Mais finalement il se dirigea dans la cave où il désigna un endroit, au sol. Il s'exclamat, tenant son pendule à la main : "C'est ici qu'il faut creuser...!!" Un des gendarmes et Jean-Marc Belmer si mirent au travail. Chacun une pioche dans les mains, ils se mirent à l'oeuvre en espérant trouver quelque chose. Mais les recherches restèrent infructueuses. Les oosements humains qu'espèrait trouver le médium était absent. Et c'est à ce moment que le gendarme Piette sentit quelqu'un toucher son bras. Le gendarme était persuadé que quelqu'un était derrière lui. Il a bien sentit une main serrer son bras. Je dois rappeler, que ce gendarme est sain de corps et d'esprit. Comme toutes les personnes présentes, ce jour là, dans la cave. Et bien entendu, personne ne lui toucha le bras...! Finalement, 3 semaines après leur arrivée, les Belmer décidèrent de quitter la maison Ils partirent vivre à Amiens dans la somme.



Après une dernière tentative infructueuse de revendre la maison, cette dernière fut démolie afin de mettre fin à cet inexplicable cauchemar. Lors de la construction de la nouvelle maison, une chose étonnante se produisit : une cinquantaine de corps de soldat allemand de la première guerre mondiale fut découvert.

21 ans après, le mystère est toujours présent...

- Haut de page -



 
 
  Créez un site ou une boutique en ligne facilement et gratuitement