Quand on examine la densité du plancton dans le Loch-Ness, on peut mettre en doute l'hypothèse selon laquelle la créature s'en nourrirait. Comme tous les lacs oligotrophes (pauvres en éléments nutritifs), très profonds, le Loch-Ness est d'une relative stérilité. De plus, les animaux qui font du plancton leur ordinaire doivent être physiquement capables de filtrer dans la gueule (le plus souvent à travers de larges fanons, comme les cétacés), ce qui implique des caractères physiques complètement différents de ceux qui paraissent singulariser la créature du Loch-Ness : un long cou et une petite tête. Les baleines bleues et les requins baleines ont, au contraire, une énorme tête et pas de cou. Enfin, pour se nourrir de plancton, un animal marin doit être apte à nager très longtemps en surface, là où sa nourriture abonde. Précisément, la plupart des témoignages recueillis sur "Nessie" font état de la brieveté de ses apparitions à la surface du Loch-Ness. 

31 décembre 1925. Le batyscaphe du professeur Heuvelmans s'enfonce dans les profondeurs du Loch-Ness à la recherche de Nessie. 8 personnalités européennes participent à cette expédition.

Cette créature se nourrit-elle alors de détritus ou de débris organiques divers..? Une fois de plus il faut admettre et constater que les lacs froids comme le Loch-Ness en sont généralement dépourvus. Plusieurs plongées ont été organisées pour rechercher les traces d'un animal qui se nourrirait de tels sédiments jusqu'à une trentaine de mètres de la surface. Elles n'ont rien apporté de nouveau, sinon la confirmation simultanée de la rareté de ces sédiments et de leur présence étonnante à une telle profondeur. Il est vrai que, dans le Loch Morar voisin, on a découvert une colonie d'invertébrés aquatiques, qui vivaient sur un tapis de sédiments, à plus de 200 mètres de la surface.

 

 

Croquis de différents témoignages.

Pour nourrir décemment Nessie, il ne reste que le poisson. Donc, le saumon migrateur qui abonde dans les rivières et dans les lacs écossais. Pourtant le lac apparait plutôt stérile aux biologistes. La chaîne alimentaire y reste précaire : peu de lumière, des eaux relativement mortes, pas assez de plancton...Or, c'est précisément le zooplancton qui est, avec les petits invertébrés d'eau douce, la base de la nourriture des saumons et des poissons de la famille des salmonidés. Il faut bien que le monstre se nourrisse...! Une meilleure connaissance des moeurs du saumon permet d'aclairer ce mystère. On sait que le saumon pond ses oeufs dans les rivières qui se jettent dans le Loch-Ness et qu'il demeure en eau douce jusqu'à ce qu'il atteigne le poids de 250 grammes. Jusqu'à cet âge là, il ne pompe donc quasiment pas sur le biotope du Loch-Ness.

   

 

Autre expédition (à droite les résultats d'un sonar).

Quand il atteint ce poids, le saumon se met en route vers la mer. Trois ans plus tard il revient vers les lieux de sa naissance pour frayer. Il peut alors peser 18 kilos, poids auquel il parvient hors des eaux du lac. Comme le saumon ne mange quasiment pas quand il revient frayer, l'équilibre alimentaire du Loch-Ness est préservé : ni les jeunes saumons, ni les adultes en âge de frayer ne risquent de bouleverser sa pauvre chaine alimentaire. Il est donc possible à un gros prédateur de se nourrir exclusivement de saumons. Le plus souvent, les apparitions de monstres ont eu pour cadre l'embouchure des rivières qui se jettent dans le Loch-Ness. Et à une pèriode qui correspond à la remontée des saumons vers les lieux où ils frayent. On a parfois remarqué que certains saumons battaient de véritables records de vitesse qui pourrait s'expliquer par une impérieuse nécessité ; par exemple celle d'échapper à un prédateur sous-marin.

   

Petit à petit, l'enquête progresse. Nous savons maintenant que Nessie et sa famille viennent probablement de la mer et que les saumons constituent l'essentiel de leur nourriture. Comment se fait-il que, malgré toutes les recherches entreprises - même les plus sophistiqués - aucun reste de ces créatures mystèrieuses n'ait été jamais été retrouvée...? La tradition locale s'en mêle : elle affirme que le Loch-Ness "ne rend jamais ses morts, qu'ils soient humains ou monstrueux". Pourquoi ? D'abord à cause de la très basse température des eaux : le froid retarde la décomposition des cadavres, ce qui permet aux anguilles, abondantes dans le lac, de nettoyer complètement les restes. Ensuite on a remarqué que beaucoup d'animaux mi-terrestres, mi-aquatiques avaient l'habitude d'avaler des petits cailloux pour se lester quand ils nagent près de la surface, où la pression des eaux n'est pas assez suffisante pour les maintenair immergé. Cette remarque s'applique à de nombreux autres lacs d'Ecosse.

   

C'est ainsi que, dans le ventre de certains pingouins, on a retrouvé des pierres de plus de 10 kilos. Si Nessie à le même comportement, son corps doit couler très rapidement après sa mort. Nous saurons peut-être la vérité un jour : des essais de dragage des fonds du lac ont déjà commencés. S'il existe, quel genre d'animal ce "monstre" peut-il bien être...? Le définir comme un prédateur marin adapté à l'eau douce et aux saumons reste un peu court. Les zoologues n'ont prévu aucune catégorie précise et ses caractèristiques supposées font de lui un animal fabuleux.

Le chateau d'Urquhart.

Le plus grand invertébré connu est, lui aussi, resté longtemps mythique et nié par la science : le calmar géant existe pourtant bien..!! Mais on ne peut assimiler la créature du Loch-Ness à ce cas, d'autant qu'il n'existe pas de calmar d'eau douce. On ne peut pas non plus, l'assimiler à un amphibien. Ceux-ci n'ont pas besoin de respirer souvent. Ils hibernent et se reproduisent sous l'eau. Seulement, il n'existe pas d'amphibien marin et les fossiles le montrent, il n'en a jamais existé. Or Nessie vient incontestablement de la mer. Il ne reste alors que trois hypothèses qui font de la créature du Loch-Ness un reptile, un mammifère ou un poisson. La piste "reptile" est incontestablement la plus populaire. Contre elle, il existe cependant un certain nombre d'arguments d'ordre biologique.

   

Tout d'abord, la température des eaux est sans doute trop basse pour permettre à un reptile de rester actif. Ensuite, un reptile serait obligé de faire surface pour respirer. Ou de venir à terre pour pondre ses oeufs. Notons pourtant qu'il existe certaines exceptions qui confirment ces règles : les tortues d'eau douce d'Amérique du Nord peuvent ainsi nager sous la glace qui recouvre les lacs. La tortue-lyre, elle, parvient à maintenir sa température au-dessus de celle du milieu ambiant. Certains spécimens de cette espèce ont été capturées au large des côtes occidentales de l'Ecosse.

Le reptile qui correspondrait le plus volontiers aux descriptions de Nessie serait le Plésiosaure. Cet animal est antèrieur au coelacanthe, qui n'a pas laissé de fossiles depuis plus de 70 millions d'années mais qui vit toujours - espèce réputée éteinte ! - dans certaines fosses marines de l'Océan Indien. Il n'est pas inconcevable qu'un tel type d'animal ait pu s'adapter aux conditions plus rigoureuses du Loch-Ness. Les reptiles et les mammifères de l'ère secondaire avaient une peau imperméable et un appareil respiratoire qui comprenait soit des poumons, soit un système imperméable à l'eau qui leur assurait une certaine liberté d'action sous-marine.

 

La piste mammifère parait cependant peu probable. La plupart des phoques, par exemple, se sentent "comme des poissons dans l'eau", même à des températures très basses. Pourquoi la créature du lac ne serait-elle pas une sorte de phoque à long cou...? La seule objection solide contre cette hypothèse reste le problème de la reproduction : les phoques s'accouplent sur la terre ferme et y élevent leurs petits. De plus, ils ont besoin de faire surface règulièrement pour respirer...Alors, le "monstre" serait un poisson...? Après tout, cela pourrait expliquer les rares apparitions en surface et le mode de reproduction discret. Malheureusement, la plupart des témoignages ne décrivent pas Nessie comme un poisson, même géant...

De leur côté, les habitants de la région du Loch-Ness font valoir qu'il pourrait s'agir d'une anguille géante, d'une espèce inconnue. Et les échos sonar reccueillis peuvent suggérer des mouvements comparables à ceux des anguilles. On a également noté que les apparitions se faisaient de préférence à la surface quand les eaux étaient chaudes : cela peut parfaitement correspondre au comportement d'un poisson de fond. Que disent les clichés recueillis par le Dr. Robert Rines ? La fameuse nageoire rhomboïdale (en forme de losange) n'appartient décidément pas à aucune espèce connue : elle a inciter Rines et Peter Scott à baptiser "Nessiteras Rhombopteryx, la créature du Loch-Ness". Un détail gênant : si c'est bien une nageoire, elle doit être complètement inapte à la propulsion..! (Voir le film de Rines)

Pour les partisans de l'hypothèse "poisson", ce détail est pourtant loin d'être gênant : les poissons, c'est bien connu, se propulsent avec leur queue, pas avec leurs nageoires. De plus, on a retrouvé, en Australie, une terre fertile en créatures étranges, un poisson, le Lungfish, qui dispose d'une nageoire rigide comparable à celle de Nessie et qui s'en sert pour se déplacer en rampant sur les fonds marins.

 

En fait, chacune des pistes qui pourrait mener à la solution de l'énigme du Loch-Ness soulève plus de problèmes qu'elle n'en résoud. Si c'est un amphibien, comment est-il arrivé dans le lac...? Si c'est un reptile, comment supporte t-il le froid...? Si c'est un mammifère, pourquoi le voit-on si peu...? Si c'est un poisson, pourquoi présente t-il tant d'étrangetés...?

 

Toutes ces questions recevront-elles un jour une réponse...? Il nous reste encore bien des années pour aller rêver sur les rives du Loch-Ness en guettant une mystèrieuse créature dont les contes parlent depuis des siècles......



Ces deux photos ont été prises à 1,6 km...C'est le sillage d'un bateau...!

Un scientifique amateur Gordon Holmes, a fimé en mai 2007, ce qu'il croyait être une anguille géante. "Je n'en croyais pas mes yeux" a-t-il affirmé. C'était un objet noir de jais d'une quinzaine de mètres de long et qui ce déplacait très vite. Le biologiste marin Adrian Shine, du Loch Ness 2000 Center à Drumnadrochit sur les bords du lac, a visionné la vidéo. Il l'analysera dans quelques mois. Selon lui "il n'y a aucun doute que ces images sont les meilleures qu'il ait jamais vu". Adrian Shine déclare également que cette vidéo sera très utile car Gordon Holmes y effectue un panoramique afin de capter les berges en arrière-plan, ce qui réduit considérablement les effets d'un faux...

Vidéo de Nessie. Film de mai 2007.

 

DATES

CINEASTES

OBSERVATIONS

12ème Décembre 1933
15ème Septembre 1934
1935
22ème Septembre 1936
29ème Mai 1938
1938
23ème Avril 1960
18ème Octobre 1962
Inconnu
6ème Juin 1963
13ème Juin 1963
21ème Mai 1964
1er Août 1965
1966
14ème Février 1967
22ème Mai 1967
13ème Juin 1967
22ème Août 1967
23ème Août 1967
5ème Octobre 1967
4ème Mai 1968
27ème Mai 1969
23ème Juin 1969
16ème Septembre 1969
18ème Juillet 1975
22ème Août 1977
6ème Août 1983
21ème Juillet 1992

Malcolm Irvine
James Fraser
DR McRae
Malcolm Irvine
G.E. Tailleur
James Currie
Tim Dinsdale
LNIB
LNIB
LNIB
LNIB
Pauline Hodge
Elizabeth Hall (LNIB)
Les Durkin (LNIB)
Dick Raynor (LNIB)
Chapman/Christopher (LNIB)
Frères De Chasseur (LNIB)
Clem Skelton (LNIB)
Irvine/Young /Barnett
H. Barsky
Skelton/Davies (LNIB)
Shield/Baker (LNIB)
Margaret Edouard
Renzo Serafini
Alan Wilkins
Gwen Smith
John Eric Beckjord
Anonyme

Château Opposé D'Urquhart
Compartiment D'Urquhart
Inconnu
Foyers opposés
Foyers opposés
Château Opposé D'Urquhart
Foyers
Compartiment D'Urquhart
Inconnu
Château D'Urquhart
Château D'Urquhart
Achnahanet
Achnahanet
Portclair
Dores Opposé
Inconnu
Invermoriston
Foyers opposés
Inconnu
Compartiment Opposé D'Urquhart
Achnahanet
Inconnu
Balchraggan
Inverfarigaig
Interdiction De Rubha
Whitefield
Compartiment D'Urquhart
Compartiment D'Urquhart

Tableau des Films Vidéos ayant été reconnus sans trucage.

DATES
1954
1960
à
1972
1960
1961
1962
1968 - avril
1968 - août
1969
1969
1969
1969
1969
1970
1970
1970
1972
 
INVESTIGATIONS
Captain Donald MacLean et Mate Peter Anderson
 
Différents bateaux qui ont quadrillés le Loch
 
Dr Peter F Baker et Mark Westwood
Birmingham University Loch Ness Expedition
Oxford and Cambridge Loch Ness Expedition
Birmingham University
Birmingham University, même équipe
Birmingham University, même équipe
Vickers, Ltd., R W Eastaugh
Loch Ness Investigation Bureau
Independant Television (ITN)
World Book Encyclopaedia Griffis Foundation
Birmingham University
World Book Encyclopaedia
Academy of Applied Science
Academy of Applied Science
 
RESULTATS
Non concluant
 
Non concluant
 
Non concluant
Non concluant
Non concluant
Positif, écho étrange
Positif, écho étrange
Non concluant
Positif, écho étrange
Non concluant
Non concluant
Positif, écho étrange
Positif, écho étrange
Positif, écho étrange
Positif, écho étrange
Positif, écho étrange
 

Tableau des essais sonar.

 - Haut de page -

 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement